17 juillet 2009

Films vus par moi(s), juillet 2009


*** excellent / ** bon / * moyen / 0 mauvais

La vie de château (Jean-Paul Rappeneau, 1965) 0
En 1965, la légèreté du film devait être d’une surprenante nouveauté. Aujourd’hui, ça crie, ça court, ça s’agite dans tous les sens et c’est si prévisible. J’ai du lutter pour aller jusqu’au bout. Insupportable. DVD


Up / Là-haut (Pete Docter, 2009) *
Ce Pixar m’a bien déçu malgré ses qualités techniques. Si l’émouvante humanité du début laissait présager d’un chef-d’œuvre, les aventures trop délirantes des personnages m’ont vite cassé les pieds. Ciné


Taxidermia
/ Taxidermie (György Palfi, 2006) 0
Le sexe, la bouffe et l’art en métaphores des années 1940, 1960 et 2000. Un déferlement d’images crues, scabreuses et surréalistes pour provoquer le bourgeois hongrois ne fait pas un film passionnant. DVD

My dinner with André
(Louis Malle, 1981) *
Un metteur en scène et un acteur en crise discutent du sens de la vie lors d’un dîner. Et assènent au passage des vérités toujours bonnes à entendre. Un Malle US quasi-expérimental, il faut vraiment accrocher. DVD

Ice age 3 / L’âge de glace 3
(Carlos Saldanha, 2009) **
Une très bonne surprise, le 1er opus m’ayant laissé froid. Ici, la réalisation et la technique, magistrales, sont au service d’une histoire astucieusement écrite : trépidante, drôle et tendre à la fois. Ciné

Le hérisson (Mona Achache, 2009) *
Des petites touches bien trouvées n'empêchent pas le film de s'enliser dans l'adaptation littéraire trop consciencieuse, sans pouvoir développer des personnages pourtant intéressants. Regardable mais frustrant. Ciné

Hangover Square
(John Brahm, 1945) **
Cregar, dans son dernier rôle en musicien schizophrène (une variation sur The Lodger), y joue du Herrmann et Darnell y meurt de façon prémonitoire. Splendide photo pour un film gothique étonnamment morbide. DVD

Die Fälscher / Les faussaires
(Stefan Ruzowitzky, 2006) **
Collaborer pour survivre à Sachsenhausen. Malgré un début poussif et l'un des personnages trop idéalisé, l'histoire (vraie), les acteurs et la photo en clair-obscur qui accentue le réalisme surprennent et l'emportent. DVD

Momma’s man (Azazel Jacobs, 2008) ***
Un trentenaire marié et jeune père de famille rend visite à ses parents et ne veut plus repartir. Un petit film indépendant où rien ne se passe mais où tout est dit : la crise existentielle a rarement été aussi bien vue. DVD

The lodger / Jack l’Eventreur (John Brahm, 1944) ***
Le trop rare Cregar, inquiétant colosse à la voix suave, crée un personnage psychotique inoubliable dans ce superbe film atmosphérique influencé par l’expressionnisme allemand. Oberon est belle à tomber. DVD

Moonwalker (Jerry Kramer, 1988) *
Un fourre-tout insane, festival d'indulgence égocentrique qui permet aussi d'entrevoir les démons de Jackson. C'est cucul et barbant mais, au milieu, un morceau scintille, génial et iconique : "Smooth Criminal". DVD

The last king of Scotland / Le dernier roi d'Ecosse (Kevin MacDonald, 2006) *
Whitaker est immense mais reste Whitaker qui joue. Le film se regarde facilement grâce à ses acteurs, son rythme de thriller et sa photographie réaliste de l'Afrique. Mais tout est trop formaté, c'est dommage. DVD

Ball of fire (Howard Hawks, 1941) **
L'abattage de Stanwyck et le charme de Cooper sont irrésistibles. Tout comme la malice du scénario de Wilder/Brackett et les dialogues à double-sens. Un film qui réussit à être à la fois drôle et touchant. DVD

Warlock / L’homme aux colts d’or (Edward Dmytryk, 1959) ***
Un western adulte d’une ambigüité folle qui pourrait aussi bien être un film noir ou un mélodrame. Une fin splendide. Quinn (dans un rôle inhabituel) et Fonda font des étincelles et Malone est presque bonne, c’est dire. DVD

Two lovers (James Gray, 2008) **
Les hésitations amoureuses de Phoenix, la construction et la photo sont dignes d’un opéra du XIXe et il y a pas mal de rouerie dans la réalisation mais j’adore ce genre d’histoires de passions contrariées, alors…DVD

Il y a longtemps que je t’aime (Philippe Claudel, 2008) **
Scott-Thomas est bouleversante et Zylberstein réussit presque à se hausser à son niveau sauf dans une scène intolérable de surjouage et de fausseté (avec les étudiants) qui m’a fait sortir un moment du film. DVD

Cassandra’s dream / Le rêve de Cassandre (Woody Allen, 2007) **
Proche de l’impressionnant Before the Devil knows you’re dead de Lumet (2007) mais un niveau en-dessous. Une tragédie familiale commune, noire et désespérée, portée par des acteurs excellents. DVD

Vera Cruz (Robert Aldrich, 1955) **
Le jeu outrancier de chat et de souris entre les personnages pourrait faire passer ce western pour une comédie (on pense au western italien à venir). C’est de l’Aldrich pur jus : cynique, misanthrope, anti-conventionnel. DVD

Latte den rätte komma in / Morse / Let the right one in (Tomas Alfredson, 2008) **
Un film de vampire suédois dans la neige et le froid qui est aussi une belle histoire d’amitié entre deux pré-adolescents marginalisés. La jeune actrice est formidable. Original dans le genre et surtout très dépaysant. DVD

The curious case of Benjamin Button / L’étrange histoire de Benjamin Button (David Fincher, 2008) 0
D’une histoire qui avait tout pour me plaire, Fincher a fait un film inerte, interminable et racoleur où tout semble fabriqué à mourir. Terriblement décevant compte-tenu du niveau des talents impliqués. DVD

6 commentaires:

  1. J'en ai vu quelques uns dans le lot :

    J'aime énormément "Véra Cruz" et "Two lovers" (d'ailleurs pour les mêmes raisons que toi mais pour d'autres également, peut-être l'ambiance "européenne" du film)
    "Le rêve de Cassandre" est agréable mais c'est pour moi l'un des plus faibles Woody Allen de ces dernières années.

    Reste le Howard Hawks, vu il y a très longtemps mais dont je garde également un excellent souvenir...

    RépondreSupprimer
  2. Je ne crois pas qu'il faille envisager "Le rêve de Cassandre" comme "un Woody Allen" : ça incite au préjugé et met la barre trop haut. Le même film, fait par un autre réalisateur, aurait paru excellent. Je l'ai vu comme une tragédie bien racontée, Woody Allen ou pas.

    RépondreSupprimer
  3. Je partage l'avis concernant "Les Faussaires". Quant à "L’étrange histoire de Benjamin Button", s'il peut remplacer un somnifère chimique, il semble que les dames y soient plus sensibles que les messieurs... (J'ai enregistré l'extraordinaire "Smooth Criminals" pour le montrer à mon fils ébahi.)

    RépondreSupprimer
  4. Bonsoir Tom,
    C'est Jordan. C'est mon premier commentaire sur ton blog.

    Argh, Taxidermie, dire que j'étais allé le voir en salle alléché par la bizarrerie promise (mais malheureusement forcée du film) laquelle avait misé sur sa bande-annonce et ses différents échos. C'est à peu près tout ce que je déteste au cinéma quand il se veut transgressif sans l'être à aucun moment: c'est poseur, filmé en Scope sans aucune invention, ragoûtant, grotesque dans le mauvais sens du terme (le concours de bouffe). Dire qu'au moment de sa sortie, la bite en feu de l'affiche était considérée comme une provocation...

    La prochaine fois, je laisserai un commentaire je l'espère plus positif la prochaine fois. lol.

    RépondreSupprimer
  5. @ René-Claude : C'est très juste, Benjamin Button semble séduire un peu plus les dames. Peut-être parce que Cate Blanchett est le personnage le plus vraisemblable et d'identification possible du film ?

    @Jordan : Hey, bienvenue à toi sur mon blog ! On est donc d'accord sur Taxidermie. C'est une montagne qui a accouché d'une souris... A bientôt.

    RépondreSupprimer
  6. John Brahm cinéaste à découvrir, son "Lodger" est fascinant meilleur que celui du grand Hitchcock pourtant excellentes réalisation, montage et idées visuelles mais je n'ai pas accroché j'ai du mal avec les films muets ... en plus le contexte est totalement différent, notamment le jeune Ivor Novello innocent contre l'inquiétant et coupable Lair Cregar ...

    RépondreSupprimer