3 septembre 2010

Miss Thompson vs. Miss Hepburn


Emma Thompson, 51 ans, est actuellement en train d’écrire une nouvelle version de My Fair Lady dont Carey Mulligan (An Education) sera l’interprète principale avec le personnage d’Eliza Doolittle, un rôle qui fit la gloire d’Audrey Hepburn dans le film de George Cukor en 1964.

Cela ne mériterait pas une brève sur ce blog… mais il y a plus et c’est pour ça que j’en parle. Car Miss Thompson n’aime pas beaucoup Miss Hepburn et (fait assez rare dans un milieu professionnel qui se plaît à entretenir l’illusion d’une cohésion collégiale), elle l’a fait savoir dans une interview au "Hollywood Reporter" et à "Daily Variety" à l’occasion de la pose de son étoile sur le Hollywood Walk of Fame, le 6 août 2010. Elle n’aime pas non plus la version de My Fair Lady par Cukor et se rapprochera dans son scénario de l’original de l’histoire : la pièce « Pygmalion » de George Bernard Shaw.

Emma Thompson a donc déclaré dans un anglais ô combien insulaire (je ne traduis ci-dessous que l'idée des propos de Miss Thompson, pas leurs intraduisibles nuances) à propos d’Audrey Hepburn en général et de My Fair Lady en particulier :

“I'm not hugely fond of the film. I find Audrey Hepburn fantastically twee.” (Je ne suis pas une fanatique du film. Je trouve qu’Audrey Hepburn est incroyablement “twee”).

Quand "The Hollywood Reporter" lui a demandé ce que “twee” signifiait, Thompson a répondu : “Twee is whimsy without wit. It is mimsy-mumsy sweetness without any kind of bite. And that's not for me”. (“Twee”, c’est l’excentricité sans l’esprit. C’est le cucul sans le mordant. Et ça ne m'intéresse pas).

Puis elle a repris sur Audrey : “She can't sing and she can't really act, I'm afraid. I'm sure she was a delightful woman - and perhaps if I had known her I would have enjoyed her acting more, but I don't and I didn't, so that's all there is to it really.” (Je suis désolée mais elle ne sait pas chanter et elle ne sait pas vraiment jouer. Je suis sure que c’était une femme délicieuse, et peut-être que si je l’avais connue j’aurais mieux apprécié son jeu, mais je ne l’ai pas connue et je ne l’apprécie pas. C’est comme ça.)

Quant à My Fair Lady : “The film? I find it chocolate-boxy, clunky and deeply theatrical. I don't think that it's a film. It's the theatre piece put onto film. It was Cecil Beaton's designs and Rex Harrison that gave it its extraordinary quality.” (Le film ? Je trouve que c’est une boîte de chocolat, mal foutu et très théâtral. Ce n’est pas vraiment un film. C’est du théâtre filmé. C’est seulement la direction artistique de Cecil Beaton et Rex Harrison qui lui donnent son extraordinaire apparence.)

Avant de porter l’estocade : “I don't do Audrey Hepburn. I think that she's a guy thing. I'm sure she was this charming lady, but I didn't think she was a very good actress. It's high time that the extraordinary role of Eliza was reinterpreted because it's a very fantastic part for a woman.” (Je n’accroche pas à Audrey Hepburn. Je crois qu’elle est un truc de mec. Je suis certaine que c'était une dame charmante mais je ne pense pas qu’elle ait été une très bonne actrice. Il est grand temps que le splendide personnage d’Eliza Doolittle soit réinterprété parce que c’est un rôle fantastique pour une actrice.)

Les légions de fans d’Audrey Hepburn, évidemment, sont grimpés aux rideaux et ont voué Miss Thompson aux gémonies. Moi pas parce que je pense exactement comme elle, d’Audrey Hepburn en général et de My Fair Lady en particulier.


Audrey Hepburn, habillée pour l'hiver

16 commentaires:

  1. Eh ben miss Thompson y va fort!!Même si My fair Lady n'est pas le meilleur film d'A. Hepburn ni celui de G. Cukor, il ne faut pas jeter le bébé avec l'eau du bain. C'est faire peu de cas de Vacances Romaines, Sabrina, Le vent de la Plaine, Charade, Breakfast at Tiffany's, Voyage à deux, la Rose et la flèche... Personne ne veut faire D'A. Hepburn une autre B. Davis. Et Bette serait aussi incongrue dans Charade qu'Audrey dans All about Eve! Le ciel hollywoodien et le Hollywood Walk of fame sont assez grands pour abriter des étoiles de toutes sortes.
    Cela étant je souhaite à Mlle Carey Mulligan la carrière d'A. Hepburn et à Emma Thompson celle de G. Cukor en tant que réalisatrice. Mais on sait que les remake sont rarement meilleurs que les originaux... et quand l'original n'est pas très bon...Enfin le pire n'est jamais sur et il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre...
    En tous cas c'est toujours un plaisir de passer par chez toi! Amitiés cinématographiques

    RépondreSupprimer
  2. Cher Tom,

    Notre chère actrice anglaise n'a pas tort, même si Audrey Hepburn est excellente dans "Vacances Romaines" ou "Sabrina": sans doute parce que ce sont de très bons films aussi. Mais là où je me permets d'émettre un doute, ce serait à propos de l'hypothèse qu'elle émet: Hepburn serait un "truc de mecs". Je n'en suis pas persuadée, au contraire, elle incarne plus que toute autre la femme élégante que chacune voudrait être. Elle est toute menue, n'a pas de formes excessives (loin de là!), présente bien, a l'air fragile, est à la mode. C'est un canon féminin comme un autre, qui tient plus d'une mannequin que d'une actrice, et on sait à quel point le monde du design et de ses icônes fascinent les femmes. Mais quant aux hommes, sans en être un pourtant, je ne crois pas me risquer en affirmant que beaucoup sont particulièrement insensibles à "la classe Hepburn". Trop d'innocence s'en dégage pour avoir un intérêt immortel. Audrey est une charmante apparition, mais pas une de celles qui fascinent longtemps.
    Bien à toi, :)
    Hélène.

    RépondreSupprimer
  3. Charlus80 et Constance : j'imagine qu'Emma Thompson a parlé comme cela d'Hepburn par exaspération de la prolifération actuelle des images de l'actrice (posters, t-shirts, livres de photos) que les ados s'arrachent sans même avoir vu un de ses films. Et ce sont les mêmes qui répondent quand on leur demande quelle actrice "ancienne" ils préfèrent : Audrey Hepburn. C'est un phénomène nouveau assez intéressant et qui doit dire bien des choses sur le besoin de nouvelles icônes trouvées dans un passé peu lointain. C'est pourquoi je suis d'accord et pas avec Hélène : oui, Emma Thompson se trompe quand elle dit qu"elle est "un truc de mec" mais non, la fascination pour Hepburn-l'image, pas Hepburn-l'actrice n'est pas de celle qui risque d'avoir un intérêt transitoire. Elle ne fait que grandir pour s'arrêter où ? Bien à vous. TP

    RépondreSupprimer
  4. Cher Tom, merci avant tout pour la traduction des propos d'Emma Thomson, depuis les avoir lu, nous étions assez intrigués par le sens profond de "mimsy-mumsy" :)
    Audrey Hepburn est devenue la reine des paravents chez Maison du Monde et Alinéa, la question est : son fils est-il intéressé aux bénéfices ? Et finalement : qu'en pense Hubert de G. ?

    RépondreSupprimer
  5. Cher Soyons, j'ai longtemmps hésité sur "mimsy-mumsy" ; le véritable esprit de la locution serait une fusion de "mimi-nunuche-cucul". C'est le troisième seulement que j'ai choisi de placer mais vous aurez compris l'idée...
    Pour les paravanets, vous avez juste mais Hepburn règne aussi chez PierImport : Monroe n'a qu'à bien se tenir.

    RépondreSupprimer
  6. Maintenant, je sais : Emma Thompson est une dinde. Une très simple dinde, qui comme la plupart des dindes, pratique un seul art : le dindisme. Tu lui traduiras aussi?

    (Il faudrait aussi qu'elle sache qu'il est malheureux d'ouvrir la bouche quand on ressemble a une salade qui a macéré 48 heures dans la vinaigrette.)

    RépondreSupprimer
  7. Si Miss Thompson n'a pas la langue de bois, Mr Kanzler non plus...

    RépondreSupprimer
  8. cher Tom! sachez que les paravents Monroe font un tabac à la Foir'fouille dans la zone commerciale de min coin!!
    Soyons suaves! On ne dit pas Hubert de G. Mais Hub!! Soyons simples!!
    Continuez!! Je vous adore et je me marre!!!

    RépondreSupprimer
  9. J'éprouve une sorte de soulagement euphorique à la lecture de cet article. Félicitations à Miss Thompson pour exprimer bien haut ce que nombre de cinéphiles osent à peine murmurer. Elle n'est d'ailleurs aucunement désobligeante envers Audrey Hepburn, et se contente d'énoncer un fait : elle fut une piètre comédienne. Je ne crois pas non plus qu'elle soit un "truc de mecs", et constate que sa popularité (en France, du moins) s'exerce davantage sur un public féminin. Elle exprime une sorte de nostalgie d'une forme d'"inconséquence féminine", un peu à la façon d'une Grace Kelly.

    RépondreSupprimer
  10. Tu voulais faire sourire et grincer des dents??? Bingo!!

    RépondreSupprimer
  11. Audrey Hepburn, Grace Kelly... Tiens tu me donnes envie de faire une liste argumentée des mauvaises actrices du cinéma. Il y aurait du monde au portillon : Kim Novak, Ava Gardner, Michèle Morgan, Natalie Wood, Gene Tierney, Mae West et j'en oublie là. Mais tant qu'elle sont belles et sympathiques, on s'en fout un peu, non ?

    RépondreSupprimer
  12. C’est une secte, ici ? Un club capable de distinguer le talent ? Et tout ça en cercle fermé, entre cinéphiles avertis persuadés que vouer un culte à Joan Crawford les place au-dessus de la mélée ?

    RépondreSupprimer
  13. Non kranzler, ce n'est pas une secte ici, c'est un club du 3eme age et à ce titre, nous sommes habilités à dire ou médire sur qui nous voulons quand nous voulons, sans scrupule ni langue de bois. Et comme disait notre Saint Joan elle-mêm : "If you're looking for the girl next door, go next door!". Bien amicalement. TP

    RépondreSupprimer
  14. he! he le tonton flingueur is back!! ça grince Tom, ça grince!!!
    mais Vive Hepburn! les 2!!

    RépondreSupprimer
  15. Personnellement je trouve l'image d'Audrey fascinante et lorsque j'ai vu le DVD "Diamants sur canapé" en me promenant j'ai sauté dessus... mais je suis tombé amoureux de ... George Peppard !! ... Je pense qu'Audrey avait du talent mais un manque de fragilité, d'originalité, d'excentricité, pas de fêlure sous-jacente pour être parfaite pour son personnage de Holly Golightly et être une actrice vraiment extraordinaire

    RépondreSupprimer
  16. Truman Capote avait Marilyn en tête lorsqu'il a écrit "Diamants sur canapé", le film aurait été entièrement différent avec elle.

    RépondreSupprimer