5 novembre 2015

Films vus par moi(s) : novembre 2015


*** excellent / ** bon / * moyen / 0 mauvais

Dédé (René Guissart, 1935) ***
L'adaptation de l'opérette de Willemetz et Christiné est un bonheur de tous les instants, drôle, irrévérente, sexy, dynamique. Autour d'un magasin de chaussures, chacun prétend être un autre pour obtenir ce qu'il convoite. Le casting étincelle (Claude Dauphin, Albert Préjean, Danielle Darrieux, Ginette Leclerc dans un petit rôle), la mise en scène aussi. Et ces chansons : "Dans la vie faut pas s'en faire", "Pour bien réussir dans la chaussure". DVD Z2 Fr

The stag (John Butler, 2013) **
Cinq copains dublinois, plutôt intellos et sensibles, partent randonner pour enterrer la vie de garçon de l'un d'eux et sont rejoints par le futur beau-frère, un macho lourd et dirigiste. Cette très chouette comédie irlandaise exploite et détourne astucieusement les clichés de la masculinité et de la comédie romantique. On rit beaucoup (le début est excellent) mais l'émotion pointe aussi. Un coming of age doublé d'un feel good movie original et attachant. BR UK 

Le coeur a ses raisons / Lemale et ha'halal / Fill the void (Rama Burshtein, 2012) **
Dans la communauté hassidique de Tel Aviv, une jeune fille de 18 ans est poussée à épouser son beau-frère, veuf de sa soeur. Ce film israélien qui observe sans jugement (à chaque spectateur son point de vue) les traditions familiales et sociales d'un petit groupe d'orthodoxes juifs baigne dans une photographie ouatée où les gros plans de visage disent les tumultes intimes. Un huis clos dépouillé, intense et éducatif sur une société méconnue. BR UK

Toi c'est moi (René Guissart, 1936) 0
Un navet. Adapté d'une opérette sur un échange d'identités aux Antilles (de studio), le film s'épuise d'une négligence totale de mise en scène (seul le crocodile en plastique, digne de Dada, m'a amusé), de rares chansons oubliables réduites à deux couplets ("Sous les palétuviers" surnage avec Pauline Carton) et de dialogues anodins. Pills, Tabet et Claude May on fait tellement mieux la même année avec le formidable "Prends la route". DVD Z2 Fr 

Magic Mike XXL (Gregory Jacobs, 2015) **
La suite du "Magic Mike" de Soderbergh (2012) reprend sa bande de male strippers sur le retour (Channing Tatum & Co) dans un road movie entre Tampa et une convention de stripteasers à Myrtle Beach. La séquence finale (le show lui-même), trop longue et insipide, plombe le film, par ailleurs touchant dans son point de vue sur la fragilité de ces potes baraqués et le désir amusé des femmes. Sympathique et innocemment sexy. BR Fr

Bombshell / Mademoiselle Volcan (Victor Fleming, 1933) ***
Dans cette comédie crépitante, Jean Harlow se joue avec une malice irrésistible du rôle de Lola Burns, une star de Hollywood modelée sur l'actrice elle-même. Si les dialogues frisent l'overdose, la satire de l'industrie du cinéma, les clins d'oeil aux films contemporains et la construction du scénario font mouche. Et bien sûr, on ne peut détacher ses yeux de Harlow (22 ans à l'époque), formidable d'entrain, d'ironie et de glamour platine. DVD Z2 Fr 

L'esclave blanche (Marc Sorkin, 1939) **
Une pimpante parisienne suit à Istanbul son mari, un diplomate turc, et se rebiffe quand elle se retrouve piégée au harem. Un mélo jubilatoirement incorrect, truffé de clichés islamophobes (on y parle de "race musulmane") où les fourbes ottomans sont Saturnin Fabre, Dalio (génial en sultan "Grandeur des Grandeurs"), Sylvie... Viviane Romance est superbe en occidentale révoltée et forme un couple sexy en diable avec John Lodge. TV

Gueule d'ange (Marcel Blistène, 1955) **
Un gigolo (Maurice Ronet) qui vit des femmes riches tombe sous la coupe d'une aventurière cupide et amorale. Du cinéma de papa Fifties pur jus, épicé par la faune qui le peuple (notamment les "clientes" : Dora Doll, France Roche, Rosy Varte...), une dose réjouissante de camp et la présence de Viviane Romance en garce de haut-vol dotée de répliques assassines. Louis Malle a du voir Ronet dans ce rôle avant de lui confier "Le feu follet". DVD Z2 Fr

Roar (Noel Marshall, 1981) **
Monté sur dix ans et naufrage à sa sortie, un projet cinématographique à la fois insensé et irresponsable. Le réalisateur-comédien, ses deux fils, sa femme Tippi Hedren et la fille de celle-ci, Melanie Griffith, y sont aux prises avec des fauves (lions, tigres, panthères...) dans un ranch sur pilotis. La mise en péril réelle des acteurs et de l'équipe face aux bêtes induit une tension éprouvante. Peut être le plus WTF de tous les films que j'ai vus. BR US  

Les invités de huit heures / Dinner at Eight (George Cukor, 1932) ***
Un Ensemble Piece à la construction théâtrale comme les 30's en raffolaient, cette comédie de moeurs autour d'un dîner annoncé offre à certains des grands acteurs de leur temps (Marie Dressler, John et Lionel Barrymore, Wallace Beery...) des scènes taillées sur mesure. Billie Burke et Jean Harlow (inoubliable en fourreau de satin blanc par Adrian) sont les ressorts comiques d'un scénario au fond par ailleurs étonnamment sombre. DVD Z1 US 

Que viva Eisenstein ! / Eisenstein in Guanajuato (Peter Greenaway, 2015) *
En 1931, Eisenstein qui est au Mexique pour tourner "Que viva Mexico!" y découvre le sexe et la joie de vivre avec son séduisant guide local, Palomino. Cet épisode sans doute majeur de la vie intime du cinéaste russe est vu avec la liberté factuelle et l'artifice baroque de Greenaway dans un exercice qui frise trop souvent l'hystérie (comme dans le jeu d'Elmer Bäck). Une scène de sodomie bavarde mérite de rester dans les annales. DVD Z2 Fr

The pleasure girls (Gerry O'Hara, 1965) *
Le weekend de cinq filles colocataires à Londres en 1965, centré sur leur aventures masculines. La capture du Swinging London, les touches discrètes d'érotisme, deux ou trois audaces dans le portrait des moeurs en libération et la présence du jeune Klaus Kinski sont les intérêts principaux de ce film autrement assez terne et ennuyeux. Sur un sujet très proche, "Les bonnes femmes" (Chabrol, 1960) était autrement réalisé et percutant. BR UK

Safety not guaranteed (Colin Trevorrow, 2012) ***
Un journaliste de Seattle et ses deux stagiaires enquêtent sur un type qui a passé une petite annonce pour trouver quelqu'un pour l'accompagner dans un voyage dans le Temps. Un formidable petit film indépendant dont le postulat de SF cache une comédie romantique originale, drôle et sincèrement touchante aux personnages vraiment bien écrits. Le casting est sans faille et la fin m'a tiré (c'est rare) des larmes inattendues. Un petit bijou. BR US

Le masque de la Mort Rouge / The mask of the Red Death (Roger Corman, 1964) *
Très librement inspiré d'Edgar Poe, un film à voir avant tout pour l'enthousiasmant Popism de ses couleurs tape à l'oeil (décors et costumes) et le jeu sans retenue de Vincent Price en Prince Prospero retranché de la peste avec sa cour dans son château extravagant. Hazel Court n'est pas mal non plus en dame satanique mais Jane Asher est d'une fadeur rare. La réponse US aux succès britanniques de la Hammer, le charme en moins. BR Allem 

Les Perses (Jean Prat, 1961) ***
Cette adaptation d'Eschyle (les Perses apprennent la défaite de leur armée à Salamine) produite par l'ORTF et diffusée le 31/10/61 à 20h30 est restée l'une des plus grandes pages de la télévision française. Quelques comédiens togés et masqués évoluent en rythme dans le décor d'un palais perse en récitant les vers de la tragédie grecque sur une musique grandiose de Jean Prodromidès. Créatif, spectaculaire et génialement intemporel. DVD Z2 Fr

Un Français (Diastème, 2015) **
Des années 80 à aujourd'hui, le parcours personnel d'un néo-fasciste en repentance. Le début fait craindre le pire, avec ses caricatures de l'Extrême-Droite (crânes rasés, bombers, haines et Marseillaises) puis petit à petit, les séquences de l'évolution du personnage principal (Alban Lenoir, une révélation) diffusent une émotion sincère et portent le film vers des horizons inattendus. Je m'attendais à un réquisitoire, j'ai vu un beau portrait d'homme. BR Fr

Mad Max: Fury Road (George Miller, 2015) **
Il y a de l'excellent et du nul dans ce quatrième volet des aventures de Max Rockatansky après l'Apocalypse. Le nul : le casting des cinq filles de la troupe et Tom Hardy, transparent jusqu'à l'invisibilité. L'excellent : les visions enfiévrées d'un Enfer barbare et Charlize Theron, qui porte le film. Autrement, l'énergie hors norme des séquences est tétanisant et le féminisme appuyé franchement rafraîchissant dans le genre du film d'action. BR Allem

La tendresse des loups / Der Zärtlichkeit der Wölfe (Ulli Lommel, 1973) ***
L'histoire de Fritz Haarmann, le Boucher de Hanovre, serial killer homosexuel qui assassinait des garçons dans les années 20. Produit par Fassbinder (qui y a un petit rôle) et utilisant une partie de sa bande, un film à l'esthétique et à la mise en scène magnifiquement stylisées. Avec Kurt Raab, étonnant en tueur au crane rasé. Une intéressante rareté du Nouveau Cinéma Allemand aux accents de Nosferatu et de M. et d'humour aussi. BR UK

The big picture (Christopher Guest, 1989) **
Kevin Bacon est un apprenti réalisateur qui fait l'amère expérience de l'industrie du cinéma dans cette comédie qui se moque d'Hollywood, de ses magouilles et de sa faune. On sent que le scénario est truffé de situations vécues, la balade dans Los Angeles est chouette et certaines scènes excellentes (Martin Short en agent efféminé est génial) mais au final, la charge manque de la causticité espérée. Un régal : le look total Eighties. BR US

Dimanche d'août / Domenica d'agosto (Luciano Emmer, 1950) ***
Le dimanche 7 août 1949, les Romains vont passer la journée à la plage d'Ostie. Du départ en vélo, en voiture ou en train au retour en soirée, le film suit quelques personnages de tous âges (notamment des ados) qui se croisent au bord de l'eau. Une chronique au charme fou par la fraîcheur de ses acteurs, les éléments de comédie et de sociologie parfaitement dosés et la lumière éclatante. Un petit chef-d'oeuvre populaire de l'après-guerre. BR Fr 

Le Cercle / Der Kreis (Stefan Haupt, 2014) **
Ce docufiction suisse fusionne reconstitution (la fin des années 50) avec acteurs, images d'archives et interviews récents autour de Der Kreis, l'un des premiers magazines homosexuels (édité à Zurich entre 1932 et 1967), du Kreis-Club et de son équipe éditoriale, dont Ernst et Röbi (devenu le premier couple gay marié en Suisse en 2003). Un chapitre méconnu de l'histoire LGBT et un beau récit d'amour, d'homophobie et de résilience. DVD Z2 Fr 

Stung (Benni Diez, 2015) *
Des guêpes géantes sèment la terreur dans une propriété décrépite. Un film allemand de grosses bêtes à petit budget, mi Eighties-mi SyFy, gore et pasticheur, dont les idées intrigantes ne compensent pas les faiblesses du scénario et de la réalisation. La campagne berlinoise qui fait office d'Amérique, le héros qui trébuche à chaque pas et les clins d'oeil à La Nuit des Morts Vivants, Them!, Aliens... sont sympas mais ça ne suffit pas. BR Fr